Margaret Mitchell, auteur de "Gone With the Wind", est morte il y a 70 ans – Comparateur Assurance Vie

L'indomptable Scarlett, la vertueuse Melanie, la très correcte Ashley et, bien sûr, le sulfureux Rhett Butler … Tous ces personnages ont ravi des millions de lecteurs du roman et encore plus de téléspectateurs, Allé avec le vent.

L'auteur de ce roman à succès, Margaret Munnerlyn Mitchell, est décédée des suites d'un accident il y a 70 ans, le 16 août 1949. Elle est née le 8 novembre 1900 à Atlanta, en Géorgie, dans une famille aisée. Son père est un juriste respecté et un passionné d'histoire. préside la Atlanta History Society, soutenue par le reste de la famille, en particulier par sa mère, très engagée dans la lutte pour l'égalité des sexes. Il est donc presque naturel que la jeune Margaret plonge dans l'épopée douloureuse qu'est la guerre civile qui a sévi aux États-Unis de 1861 à 1865. Surtout parce que ses ancêtres étaient directement impliqués.

Du journalisme au roman

Déjà passionnée par l'écriture – elle a éclipsé les cahiers et les jeux (1) – elle a d'abord étudié à Atlanta, puis au Smith College de Northampton, dans le Massachusetts, et a commencé une formation en médecine. Cependant, lorsque sa mère meurt sous l'influence espagnole, Margaret Mitchell est appelée à la maison avec son père et son frère. Pour ne pas se contenter des tâches ménagères, elle est tentée par le journalisme: au début des années 1920, elle écrit pourAtlanta Journal et Sunday Magazine sous le pseudonyme (léger) de Peggy Mitchell. Un premier mariage avec un certain Red Upshaw s'est soldé par un divorce en 1924. Le groupe sanguin de cet homme ne serait pas étranger à la psychologie du futur Rhett Butler …

En 1925, un nouveau tournant dans sa vie avec un nouveau mariage: Margaret Mitchell épouse John R. March, directeur de la publicité de la Georgia Power Company. Un an plus tard, une fracture à la cheville l'a forcée à mettre de côté ses activités de journaliste.

C'est son mari qui lui donne l'idée de composer un roman pour combler les jours non occupés et éviter l'ennui … Margaret Mitchell met ensuite sur le papier les premières lignes deEmporté par le vent, (Emporté par le vent), rappelant ses premières lectures sur l'histoire de son pays. Elle participe ici à une grande fresque, à une grande saga historique et sociale au sud et à un roman sentimental aux rebondissements. Au cœur de l'intrigue de la guerre civile, un couple flamboyant et tumultueux, entre amour et haine: Scarlett O'Hara et Rhett Butler.

Triomphe et tragédie

Pour le romancier, il s’agit d’une œuvre de Titan dans laquelle s’intègrent les phases d’écriture et les longues périodes de recherche documentaire, dans lesquelles la fin du livre précède les épisodes précédents, où doute et inspiration alternent. Lorsque la maison d'édition Macmillan découvre cette somme de 1 200 pages en 1935, elle est fascinée mais demande à l'auteur d'y travailler un an pour mettre de l'ordre dans cette affaire abondante. Emporté par le vent il a finalement été publié en juin 1936 et a immédiatement rencontré un énorme succès. En décembre de la même année, plus d'un million de volumes ont déjà été vendus. Le roman sera traduit dans près de 30 langues, publié à plus de 35 millions d'exemplaires dans le monde et recevra le prix Pulitzer en 1937, devant William Faulkner.

Margaret Mitchell et Gone With the Wind: un jour l'ennui de la créativité est né

Pour améliorer encore son influence, il est adapté au cinéma en 1939 par Victor Fleming, avec Vivien Leigh et Clark Gable dans les rôles principaux. Huit Oscars plus tard, le livre original connaît toujours une renaissance en popularité! Margaret Mitchell est devenue une star, même si elle n’adopte pas le style de vie, elle choisit de rester chez elle, dédaignant de conduire de façon très lourde. On dit qu'elle se charge de répondre aux milliers de lettres envoyées par ses fans.

Cette belle histoire, simple et souriante, ne présume pas d’une fin prématurée et tragique: pourtant, en 1949, Margaret Mitchell est renversée par un camion dans une rue d’Atlanta. Cinq jours plus tard, le 16 août 1949, il meurt des suites de ses blessures.

Margaret Mitchell, auteur de "Gone With the Wind", est morte il y a 70 ans – Comparateur Assurance Vie
4.9 (98%) 32 votes
 

Laisser un commentaire