40 ans de performance comparée (1978-2018) – Comparateur Assurance Vie


L'édition 2019 de l'étude IEIF sur les performances comparatives des investissements à long terme a été publiée!





Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) – L'IEIF publie son étude annuelle sur la performance comparative des investissements à court, moyen et long terme qui met le secteur immobilier en perspective avec son écosystème en termes d'investissements mutuels : comment les biens immobiliers à long terme sont-ils comparés du point de vue de l'investisseur par rapport aux autres investissements financiers, dans une allocation globale d'actifs …

Les propriétés "listées" dépassent tous les investissements

Le point de vue de cette étude est celui de l'investissement immobilier … Comme pour toute activité à long terme, l'approche IRR est la plus appropriée pour calculer la performance immobilière et la comparer à la performance d'autres classes d'activités calculées de la même manière.
En 10, 30 et 40 ans, les actifs répertoriés occupent la première place du classement.

Les investissements financiers fluctuent selon les cycles, en fonction du type d’activité considéré. À long terme, les actions affichent des performances particulièrement solides, grâce à leur capacité à capter la croissance économique. Sur des cycles très longs, performances extrêmes, les points les plus hauts et les plus bas sont annulés et malgré cette volatilité élevée en territoire positif ou en territoire négatif, la performance moyenne reste élevée.

Les sociétés immobilières cotées étant des placements financiers qui associent les caractéristiques des actions et de l’immobilier, elles bénéficient à long terme de leurs atouts respectifs en termes de performance: sur 10, 15, 20 et 30 ans, les sociétés immobilières cotées dépassent également les actions.

Question de statut

Depuis 2003 et l'entrée en vigueur du statut SIIC permettant une gestion dynamique des activités, les portefeuilles de sociétés immobilières cotées se sont diversifiés par type d'activité et géographiquement, avec des activités généralement de grande taille, plus résilientes en termes de la volatilité.

Par conséquent, sur une période de 30 ans, de 1988 à 2018, les actions ont un TRI de 8,3% et les sociétés immobilières cotées de 8,5%. Sur plus de 40 ans, de 1978 à 2018, les TRI sont respectivement de 13,7% et 13%. Pendant 5, 15 et 20 ans, les propriétés directes ont des TRI supérieurs à ceux des autres investissements.

Toutes les activités immobilières montrent des résultats cohérents: les mouvements sont similaires mais les amplitudes peuvent être différentes: par exemple, le logement a des TRI plus stables que les bureaux.

À la fin de 2018, le TRI des bureaux était de 9,7% à vingt ans et était tombé à 4,4% entre 1990 et 2010, tandis que le TRI des logements à vingt ans se situait entre 10 et 12 % depuis le milieu des années 80.

Plus précisément, le logement à Paris affiche une performance supérieure à celle du logement en France depuis les années 2000, malgré des revenus locatifs structurellement inférieurs à Paris par rapport au logement en France: la valorisation la plus élevée des propriétés résidentielles à Paris explique cette évolution dans le contexte du phénomène de la métropole.

Logistique et magasins

La logistique et les entreprises ont des niveaux de TRI plus élevés pour de nombreuses périodes que les autres activités immobilières. Détaillants en particulier: la forte appréciation des valeurs jusqu’en 2007 est le facteur explicatif, mais il convient de noter que depuis cette date, le TRI des magasins est en baisse constante: à la fin de 2007, les entreprises avaient une décennie, 6%, à la fin de 2018, leur TRI de 10 ans était de 6,5%.

En ce qui concerne la logistique, à la suite du commerce électronique, les stocks ont été très appréciés ces dernières années, augmentant également le TRI.

Fonds immobiliers non répertoriés en ligne avec l'immobilier direct

Compte tenu de leur plus grande exposition dans les bureaux (64% en moyenne), les FPI ont des niveaux de performance proches de ceux des bureaux. Des calculs à long terme sont également effectués pour les OPCI, compte tenu de la période précédant leur création, un portefeuille fictif constitué en OPCI d’une poche d’actifs immobiliers et d’une poche d’actifs financiers.

Pour toutes les périodes, les SCPI ont des TRI plus élevés que les OPCI, à l'exception notable de la période 1988-2018, dans laquelle le panier d'actions de l'OPCI permet une telle surperformance.

Haute performance au détriment d'un risque accru

Outre le critère de performance, tout investissement doit être considéré en fonction du critère de risque. Certains placements offrent une protection totale du capital, mais ne génèrent pratiquement aucun bénéfice, d'autres, des espérances plus élevées, mais avec une volatilité et un risque de perte en capital très élevés.

Les calculs de risque / rendement (ou de volatilité des performances) permettent donc d’établir une grille d’analyse des investissements permettant d’évaluer si le niveau de performance est obtenu au prix d’une volatilité élevée.

Le "côté": haute performance et grande volatilité

Logiquement, à toutes les périodes, les actions et propriétés cotées en bourse figurent au sommet des placements les plus performants mais aussi des plus volatils et donc des plus risqués.

Sur une très longue période (30 et 40 ans), les actions et les titres ont des niveaux de rendement et de volatilité très similaires: rendement de 24,4% et volatilité de 13,3% sur 40 ans pour les sociétés immobilières contre 24,2%. % et 13,7% pour les actions.

Sur un horizon plus court, si les niveaux de volatilité restent comparables, les actions affichent des performances plus faibles (9,6% sur 10 ans et 7,5% sur 20 ans) par rapport aux sociétés immobilières (11,7% sur 10 ans). et 12,6% sur 20 ans).

L’assurance vie et monétaire: des investissements «plus sûrs mais moins rentables»

Logiquement, même les assurances vie et monétaire se situent à l'extrême opposé avec des performances faibles, mais dans un contexte de volatilité très limitée.

Sur une courte période (5,10 et 15 ans), il convient de noter que la performance des fonds du marché monétaire est inférieure à l'inflation, compte tenu des faibles taux d'intérêt sur ces périodes.

Un rapport risque / rendement intéressant pour les propriétés directes

Entre ces deux types d'investissement, les actifs immobiliers présentent un profil risque / rendement attractif. Les performances sont en réalité inférieures à celles des produits répertoriés, mais avec des niveaux de volatilité inférieurs.

Plus précisément, par exemple, avec un niveau de volatilité comparable (de l’ordre de 7%) par exemple, les entreprises obtiennent de meilleurs résultats que le logement ou les bureaux (11,5% pour les anciens, 10,8%). % et% et 10,4% pour la seconde).

Il existe également des fonds immobiliers non cotés une paire attrayante risque / rendement, avec des performances légèrement inférieures mais également une volatilité réduite. Sur toutes les périodes, les OPCI ont une volatilité supérieure à celle des SCPI en raison des actifs financiers de ces véhicules …

Familles: investisseurs prudents mais non informés

En décembre 2018, l'Autorité a publié la 2e édition de l'enquête annuelle sur l'épargne française, ses objectifs, ses choix préférentiels, sa perception du potentiel de rendement et le risque de différents investissements.

Ce baromètre d'épargne et d'investissement de l'AMF permet de déchiffrer le comportement des épargnants vis-à-vis de l'immobilier et des autres investissements …

Les familles interrogées veulent surtout mettre en place une épargne de précaution, pour faire face aux dépenses imprévues, aux coûts de santé ou à la dépendance. L'objectif poursuivi par l'épargnant n'est pas d'augmenter son niveau de vie. Au contraire, la préparation à la retraite est l’un des objectifs principaux: plus de la moitié des actifs demande à épargner pour la retraite.

Seulement 5% des répondants au sondage déclarent connaître très bien les produits d’épargne. Cependant, 6 personnes sur 10 déclarent gérer leur épargne seule, sans l'aide de professionnels.

Interrogées sur l'adéquation de différents investissements pour l'épargne à long terme, par exemple pour la retraite, les personnes interrogées ont déclaré préférer les immeubles, puis l'assurance vie en euros et les brochures d'épargne. Les propriétés sont des propriétés directes, résidence principale ou secondaire …

© 2019, Boursier.com



40 ans de performance comparée (1978-2018) – Comparateur Assurance Vie
4.9 (98%) 32 votes
 

Laisser un commentaire